Écouter les femmes et combler l’écart de douleur entre les sexes

La prolifération des groupes de soutien aux femmes confrontées à des affections telles que l’endométriose et la migraine témoigne de l’existence de l’écart entre les sexes en matière de douleur, dont parle Emma Barnett (Endometriosis showed me we need better ways to talk about women’s pain, 22 octobre). Dans Giving up the Ghost, Hilary Mantel, qui a souffert des deux maladies, décrit à la fois la douleur physique atroce d’une maladie mal diagnostiquée et maltraitée, et le stress et l’humiliation d’être “ignorée, invalidée et humiliée” – de ne pas être écoutée et de ne pas être crue.

Il ne s’agit pas d’une simple plainte de plus adressée au personnel surchargé du NHS (bien que je n’aie pas pardonné au neurologue qui, au lieu de traiter ma migraine, m’a dit “Je ne sais pas pourquoi vous faites tant d’histoires – cela ne vous tuera pas”). Les personnes extérieures à la profession médicale peuvent elles aussi causer de la douleur par leurs commentaires désinvoltes. L’un des cris les plus souvent entendus dans les groupes de migraine est “La migraine n’est pas seulement un mal de tête ! J’imagine que les personnes souffrant d’endométriose crient : “Ce n’est pas seulement un mal de règles !” Les employeurs, les collègues, les amis et les familles doivent y réfléchir à deux fois et réécouter les femmes qui leur disent qu’elles souffrent.
Sarah Hyde
Londres

Leave a Comment